Dès le 1er mai, mobilisons-nous pour les salaires, les emplois, les conditions de travail.

La FSU se félicite que le danger immédiat d’une accession au pouvoir de l’extrême droite à l’occasion de l’élection présidentielle, soit écarté. La FSU avait appelé à la battre politiquement, le résultat de ce soir est une étape qui va dans ce sens.

Cependant, le danger continue bien d’être présent et l’extrême droite de se renforcer, élection après élection.

Le 1er mai doit être la prochaine étape de la construction d’un puissant mouvement social exprimant deux exigences : le refus de l’extrême droite et de ses idées, ainsi que l’exigence de mesures porteuses de progrès social, en faisant de la transition écologique un élément incontournable de ce mouvement. Plus nous serons nombreuses et nombreux, plus le message adressé sera explicite : volonté de rassembler très largement les forces progressistes du pays pour construire une société féministe, écologique et sociale, pour garantir les droits de toutes et tous, pour réduire drastiquement les inégalités, pour améliorer les conditions de vie en redistribuant les richesses, pour respecter la dignité de toutes et tous. Pour sortir le pays de la crise dans laquelle il est plongé, c’est la justice sociale qui est à l’ordre du jour.

En Seine-Maritime, voici les RDV déjà fixés :

– LE HAVRE : 10h Franklin

– DIEPPE : 10h30 Place Louis Vitet

– ROUEN : 10h30 cours Clémenceau

Vous trouverez en bas de page le communiqué national et ci-dessous celui de Dieppe.

Le pire a été évité mais le programme déroulé par le président réélu ne laisse planer aucun doute sur les choix qu’il porte.

Nous aurons encore à défendre nos retraites et des moyens pour les services publics ainsi que les statuts de tous les personnels.

Nous avons toujours à construire un monde plus social, plus féministe et plus écologique. 

Nous aurons toujours à lutter contre les idées mortifères de l’extrême droite qui n’ont certes pas tout gagné mais qui continuent de séduire de plus en plus de nos concitoyens malmenés par les politiques néo libérales.

La FSU portera ses revendications à l’occasion des prochaines élections législatives et dans toutes les mobilisations à venir en travaillant à l’unité la plus large possible avec toutes les autres forces de progrès et de transformation sociale. 

Le 1er mai, est une première étape importante pour les luttes à venir.
Pas une, pas un d’entre nous ne doit manquer à cette mobilisation.

Rassemblons nous, riches de nos différences et forts de nos valeurs partagées !

COMMUNIQUE_DE_PRESSE_FSU_l_extreme_droite_battue